Comment dépasser ses peurs

On a tous des moments où le sentiment de peur nous envahit : peur de perdre l’être aimé, peur de manquer d’argent, peur de perdre son travail ou peur de ne pas réussir. Il y a même d’autres peurs liées à des besoins plus fondamentaux, comme la peur de ne pas pouvoir manger ou celle de se sentir en insécurité. Ces craintes, fondées ou infondées, nous paralysent et nous empêchent souvent d’avancer. Nous allons voir dans cet article comment dépasser ses peurs et ses doutes pour pouvoir accomplir ses projets facilement et se libérer des blocages qui en sont liés.

Accueillir ses peurs

Le premier pas à faire face à une peur, c’est de la regarder et de l’accueillir. C’est une émotion comme toute autre émotion : si on la refoule et on essaie de la cacher sous le tapis, elle ressurgira toujours à un moment donné. La regarder, c’est lui dire je te vois, je reconnais que tu es là. Prenons un exemple, vous êtes en train de programmer une nouvelle activité sportive et vous avez peur de ne pas réussir et d’être ridicule aux yeux des autres. En réalité, c’est probablement une part de vous qui commence à vous raconter des histoires car vous ne vous sentez pas à la hauteur. Le fait de reconnaître cette peur suffit parfois à éteindre la crainte qui se cache derrière. Vous pouvez vous rassurer intérieurement comme vous le feriez pour un petit enfant, en vous disant par exemple qu’il y aura d’autres débutants et que vous êtes là pour apprendre. Vous pouvez également écrire cette peur ou l’énoncer à voix haute. En vous entendant ou en vous relisant, vous prenez du recul et vous vous rendez compte que cette peur n’a plus lieu d’être et donc elle ne vous empêchera pas de faire ce que vous avez prévu. Souvent, la vision que l’on se fait des obstacles est exagérée par rapport à la réalité. Une fois cet obstacle mental dépassé, vous vous rendrez compte que, finalement, il était facile à surmonter.

Comprendre ses peurs profondes

Lorsqu’il s’agit de peurs paniques ou profondes, il est nécessaire d’aller les comprendre pour les nettoyer. Si vous avez vécu un traumatisme – petit ou grand – dans l’enfance et à l’âge adulte, c’est normal de ne pas pouvoir gérer tout le temps ses peurs. Parfois, vous n’arrivez pas à cerner clairement d’où elles viennent et ce qui les déclenchent. Pour cela, je vous propose de faire un exercice d’introspection, soit en pensant à des peurs récurrentes, soit à des peurs vives ou paniques que vous avez déjà ressenties. Identifiez 3 peurs majeurs et suivez le processus de questionnement suivant pour chacune d’entre elles. Je vous donne quelques exemples.

– Quelles sont mes peurs : peur d’être abandonnée par mon compagnon, peur de manquer d’argent, peur de ne pas remplir les attentes de mon père

– Quelles événements, circonstances ou personnes provoquent ces peurs dans ma vie ? Mon compagnon quand il ne fait pas attention à moi, quitter mon travail, l’idée de changer de métier

– Comment je fuis ces peurs ? Aider quelqu’un qui va moins bien que moi, fumer une cigarette, faire semblant que je vais bien

Qu’est-ce que ces peurs me rappellent du passé ? Mon père qui était froid et distant, mes parents qui ont galéré niveau financier, avoir été contrainte de faire des études qui ne me correspondait pas

– Qu’est que je pourrais faire pour dépasser ces peurs ?Me faire aider par une thérapeute pour la blessure d’abandon, transformer mes croyances sur l’argent, rester centrée et monter mon projet de création d’école indépendante

Travailler sur ses croyances

Souvent les peurs viennent de croyances erronées. C’est une programmation qu’on a eu depuis l’enfance ou même que l’on a pu hériter de nos lignées familiales. Elles sont en engrammées dans notre ADN. Par exemple, si vos parents ont vécu modestement, ils vous ont peut-être transmis des croyances telles que : c’est trop cher, on ne peut pas se le payer, ça coûte les yeux de la tête, c’est difficile de s’enrichir, les riches sont des gens mauvais, etc. Ou alors, si chaque personne de votre lignée féminine, mère, grand-mère, arrière-mère s’est retrouvée seule, vous avez peut-être peur inconsciemment que votre mari parte ou vous abandonne. Il se peut que cette lignée entretienne tout un tas de croyances négatives sur les hommes : on n’en a pas besoin, on peut se débrouiller seule, ce sont tous des salauds, etc. Quand on baigne dedans, on ne se rend pas compte de l’ampleur de la programmation négative. Une fois qu’on a pris conscience de cela, il y a un travail de reprogrammation à faire. Vous pouvez prendre une peur majeure dans votre vie et noter toutes les croyances reliées – que vous avez entendues dans votre famille ou de vous-même – et les transformer en croyances positives. Par exemple : il est facile de gagner beaucoup d’argent, je peux m’offrir ce que je désire, les hommes sont aimants et fidèles, je vis une belle relation harmonieuse avec mon compagnon. Écrivez de belles phrases qui résonneront avec votre cœur.

Se connecter à la terre

En pratiquant moi-même le Qi Gong, je me sens beaucoup plus ancrée. Dans le Tao, les reins sont liés à l’émotion de la peur et inversement de la confiance. L’élément des reins est l’eau en médecine chinoise. Les reins, c’est la batterie de notre corps ; c’est là où s’accumule notre Chi, l’énergie vitale dont nous avons besoin pour être en bonne santé. Si vous avez un bon coussin de Chi au niveau de vos reins, vous pouvez vous sentir solide dans ce monde et ainsi avoir confiance en la vie. Cela est nécessaire pour bien sentir bien dans son corps, sa maison intérieure. Dans les chakras, le chakra racine est lié à l’élément terre et s’enfonce profondément dans la Terre. En développant vos racines énergétiques, vous vous sentez plus stable. En faisant des exercices tels que des méditations pour se relier à la terre, du Qi Gong, des mouvements pour fluidifier votre corps et vous ancrer, il vous sera plus facile de laisser partir vos peurs, les transformer en confiance et avancer sereinement dans la vie. Vous pouvez aussi vous décharger de vos craintes dans la terre : en visualisant qu’elle les transforme, en vous secouant le corps pieds nus dans votre jardin, en vous mimant comme si vous les évacuez de vos jambes-pieds et de vos bras-mains. Vous pouvez aussi vous baigner dans la mer, aller vous nettoyer dans les vagues ou dans une source, visualiser que la douche quotidienne vous nettoie ou même tremper vos pieds dans une bassine d’eau salée en fin de journée.

Aller vers la guérison

Lorsque vous vous retrouvez face à un blocage ou que vous avez vécu des traumatismes dans votre vie, il est important de se faire aider par une thérapeute. De mon expérience, je trouve que cela ouvre de nouvelles portes à soi et apporte la guérison intérieure. Si vous voyez que des scénarios se répètent dans votre famille, vous pouvez faire un soin de nettoyage des lignées. Vous pouvez aussi faire des séances d’hypnose régressive. Si vous avez besoin d’y voir plus clair ou de libérer un blocage dans votre vie, une coach saura vous accompagner. Parler, mettre des mots, exprimer est libérateur et permet de déposer ce qu’il y a l’intérieur de vous. Formuler ces blocages à une personne extérieure et neutre va vous faire du bien et vous entrainera, quand vous êtes seules, à poser des mots sur vos ressentis. Vous pouvez aussi utiliser le Journaling, qui consiste à écrire dans un carnet vos pensées, émotions, peurs, craintes et envies ou toute autre chose à déposer. Faites-le au feeling librement, ce n’est pas un exercice de style mais un moyen de libérer et transformer. Ecrivez les croyances positives que vous souhaitez vivre dans votre quotidien. Installez une nouvelle réalité. Au final, tout le monde ressent des peurs et des craintes, même les personnes qui semblent avoir une grande confiance en elles. Il ne s’agit pas de s’attacher aux peurs et pensées parasites qui nous transversent. Il s’agit de les observer puis les laisser partir. C’est normal d’avoir des peurs en nous, tant qu’elles ne deviennent pas maladives ou envahissantes. Agir et les prendre en charge permet de s’en libérer plus facilement.

Partager :

Facebook
Pinterest
Telegram
Email

Laisser un commentaire