Cessez de vouloir être parfaite

Aujourd’hui la compétitivité de la vie moderne pousse de nombreuses femmes à la recherche de la perfection. La perfection est synonyme d’excellence et cette quête se traduit par obtenir un haut statut professionnel, parfaire sans cesse son physique, contrôler l’image de soi à vis-à-vis du regard autres ou encore respecter des standards en matière de mode de vie. Cette recherche constante amène souvent à un épuisement psychologique qu’on va tenter d’enfouir car on pense qu’on doit continuer ainsi. Cela peut se traduire par des burn-out, des périodes de dépressivité ou de dépression, le sentiment de ne pas être à la hauteur ou l’impression de se vider de son énergie. D’où vient ce besoin d’être parfaite ? Comment cesser de vouloir être en quête de perfection ?

L’origine de cette quête

Souvent les personnes qui sont en quête de perfection sont celles qui ont eu ce modèle ou cette éducation dans l’enfance. Elles ont en tête le souvenir de la part de leurs parents, professeurs ou proches que ce n’était jamais bien, on les faisait recommencer jusqu’à ce qu’elles obtiennent un meilleur résultat ou on les dénigrait régulièrement. Cette éducation a pu être associée avec de la violence si l’enfant ne faisait pas bien ce qu’il avait à faire. Résultat, cela donne des adultes qui sont, soit extrêmement durs avec eux-mêmes : blessure de l’injustice ou des personnes qui s’auto-punissent : blessure de l’humiliation. Ces personnes vont beaucoup se juger et s’auto-critiquer. Elles vont se rabaisser sans cesse intérieurement. Pour la blessure de l’injustice, la personne portera le masque du rigide, sa recherche de la perfection sera sans fin, elle redoutera inconsciemment la punition de l’enfance et de ne pas être à la hauteur. Pour la blessure de l’humiliation, la personne portera le masque du masochiste, elle recherchera la perfection tout en s’auto-sabotant soi ou ses projets, elle se sentira souvent coupable pour les autres.

Bas les masques

Vous l’aurez compris, on porte tous des masques à certains moments qui nous protègent de l’extérieur et de nos propres blessures. C’est une sorte de moyen de survie pour ne pas sombrer dans la souffrance. Mais ces masques nous empêchent d’être nous-mêmes et la carapace autour de nous qui nous protège va perdurer. Au-delà des apparences ou de l’image qu’on veut montrer de soi, il est nécessaire de redevenir soi-même. C’est cela qui va atténuer cette recherche de perfection qui nous fait tant souffrir. Redevenir soi, c’est se montrer sous son vrai jour, avec ses défauts et ses qualités, ses parties sombres et ses parties lumineuses. C’est aussi montrer sa vulnérabilité, ses émotions, ses sentiments. C’est ouvrir son cœur et retirer les filtres et les protections qu’il existe entre nous et les autres. Pour cela, il est nécessaire de s’entourer de personnes bienveillantes et dans une démarche positive, pour pouvoir le faire en toute sécurité. Lorsque vous ressentez cette ouverture au niveau du cœur, vous n’aurez plus besoin d’être en quête d’une perfection qui n’existe pas ou qui est inatteignable. Vous apprécierez ce que la vie vous offre.

S’aimer dans ses imperfections

Ce regard trop critique envers nous-même, il faut le lâcher. Si nous nous critiquons nous-mêmes, nous critiquons également les autres et vice-versa. Vous pouvez donc commencer à observer comment vous critiquez les autres : un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout ? Faites le test de n’émettre aucune critique – verbale ou dans votre tête – pendant une semaine. Si ces critiques vous viennent en tête, relevez quelque chose de positif chez cette personne. Puis passez à vous-même et cessez de vous critiquer, vous auto-punir et vous rabaisser pendant une semaine. Qu’est-ce que cela vous procure comme sensation ? Comment vous sentez-vous ? Puis, passez à l’observation positive de vous-même : listez vos qualités, les belles parties de votre corps, les choses lumineuses que vous savez faire, ce que vous avez accompli dans votre vie, vos chouettes idées de projet en cours. Vous allez voir que vous êtes assez, vous êtes suffisamment belles à l’intérieur et à l’extérieur pour ne pas avoir besoin de chercher la perfection. Vous pouvez continuer à émettre une pensée positive pour les autres lorsque vous vous surprenez à les critiquer, cela vous aidera aussi à être plus gentille avec vous-même. Donnez-vous à vous-même de l’amour, de l’attention, un regard bienveillant. Prenez soin de vous, il parait que c’est bon pour la santé.  

Voir la beauté en tout

Il y a quelques semaines, je suis allée à un stage composé exclusivement de femmes. Toutes étaient différentes : des corps, des personnalités, des parcours de vie, des expériences, des blessures différentes. Entre femmes, il y a souvent de la comparaison, de la jalousie, de la compétition dû à la quête de la perfection. C’est peut-être un instinct de survie archaïque pour être choisie et pouvoir se reproduire. Durant ce stage, nous nous sommes connectées avec le cœur. Les masques étaient tombés et la compétition n’existait pas. Je pouvais y voir en chacune d’elle la beauté de leur âme. Leur beauté intérieure et extérieure resplendissait. Lorsque vous retirez votre masque, vous avez cette capacité de voir la beauté au-delà des apparences et voir le beau en tout. Vous pouvez regarder un tableau qui est imparfait et l’aimer pour ses couleurs. Vous pouvez rencontrer quelqu’un et le trouver parfait dans ses imperfections. Vous pouvez, un jour maussade, penser que le ciel avec ses dégradés de gris est magnifique. Changez les filtres de vos yeux et connectez-vous avec le cœur et votre vision sera transformée.

Le lâcher-prise   Le fait de vouloir que tout soit parfait dans sa vie est également synonyme de contrôle sur nous-même et sur les autres. Le lâcher-prise, inverse du contrôle, aide alors à s’alléger et se détacher de l’emprise qu’on veut maintenir. Il y a des situations sur lesquelles vous ne pouvez pas agir. Acceptez qu’elles soient ce qu’elles sont. Finalement, le fait que vous ne puissiez pas les changer n’aura surement pas d’impact important ous. Faites preuve de souplesse même ce que vous avez décidé au départ ne se passe pas comme prévu. Laissez la place aux autres, ils ont leur façon de faire qui est bien également. Vivez le moment présent sans trop vous attarder sur ce qui pourrait arriver si ce n’est pas aussi parfait que vous l’auriez voulu.

Vivre dans un monde imparfait

Souvent les femmes sont en quête de perfection dans leur rôle de mère pour élever les enfants, tenir et gérer la maison, bien s’occuper de leur mari et avoir toujours l’air en forme. Ce sont des programmations de l’inconscient collectif dû au patriarcat. Pour pouvoir se libérer de cela, il est nécessaire de se créer un monde « imparfait ». Quelle est la priorité pour vous : que la maison soit toujours impeccable ou que vous soyez heureuse dans votre vie et avec vos proches ? C’est également le cas pour le travail : est-ce que c’est important de gravir des échelons, gagner plus d’argent et avoir un poste à responsabilité ? Ou continuer à avoir du temps pour vous dans un poste qui ne représente pas forcément un statut professionnel reconnu et glorieux ? Réfléchissez sur les besoins réels qui se cachent derrière cette volonté de perfection. Est-ce qu’il s’agit de montrer une belle image de soi, d’un besoin de reconnaissance ou de coller aux standards de la société pour être dans la norme ? Si c’est le cas, nourrissez vous-même vos besoins sinon vous serez dans une quête sans fin et épuisante. Choisir de créer et vivre dans un monde imparfait, c’est arrêter de se mettre la pression et s’accorder plus de temps et de douceur de vivre. C’est également se libérer du regard des autres pour vivre enfin la vie qu’on a décidé soi et dont on rêve profondément. C’est une vie plus connectée au cœur.


Marre de tourner en rond ? Perdue dans ta vie ? Manque d'énergie pour passer à l'action ? Je t'offre une séance individuelle de Coaching d'1 heure avec ton inscription à la Boîte à Outils Lumineuse. Profites-en !


Laisser un commentaire