Comment passer à l’action ?

On me demande souvent comment passer à l’action dans sa vie ? Parfois, je me met à réfléchir pour répondre à cette question… Mais, en réalité, comme je le dit souvent : c’est simple, pour passer à l’action, il faut agir ! Ce n’est pas tant le problème de savoir comment agir mais plutôt le fait de savoir pourquoi on n’agît pas. Quelles sont les raison pour lesquelles on remet toujours au lendemain les tâches qui nous semblent dures ou ingrates ? Qu’est-ce que l’on doit changer dans nos habitudes pour éviter de procrastiner ou d’être dans l’inaction ? Comment s’entraîner à être dans une attitude « active » sans passer dans l’hyperaction ?

Pour moi, la procrastination (=le fait de remettre au lendemain) provient de nos peurs. Si on a peur de ne pas réussir, par exemple, un entretien d’embauche, on va trouver tout un tas de mauvaises raisons pour ne pas postuler à cette offre d’emploi. On peut avoir peur de tout un tas de choses qui nous empêchent de sortir de notre zone de confort. Les peurs peuvent être minimes (peur du regard de l’autre, peur de trébucher…) et l’on s’en fait une montagne. Mais elles peuvent être aussi plus importantes (peur d’échouer, peur de souffrir). Finalement, cela dépend beaucoup de notre imagination et de la façon dont on appréhende le monde. Je dirais que, pour la plupart, les peurs sont injustifiées. On peut passer au-dessus de la plupart d’entre elles facilement.

L’inaction est due aussi à nos distractions. Je ne parle pas forcément des loisirs, mais des distractions visuelles telles que la télévision, Internet et les réseaux sociaux. En tant qu’entrepreneur, si on commence la journée par allumer Facebook, on est sûr de perdre un temps assez important, se laisser distraire par les nouvelles, les vidéos, aller cliquer sur des liens, recevoir des messages des personnes connectées. Et là… c’est le drame ! On perd toute envie de se (re)mettre à son travail et on se sent vidé d’avoir absorbé toutes ces informations. J’exagère pas tant que ça. La solution pour ne pas se laisser constamment distraire et retarder le début de l’action, c’est tout simplement de mettre de la discipline dans son quotidien et ne pas se connecter aux réseaux sociaux ou autres sources de distraction.

La 3e raison, selon moi, est le manque d’organisation. Je ne suis pas pour l’organisation drastique et le surplus de paperasse pour faire fonctionner une entreprise. Mais le manque d’organisation peut nous faire basculer dans une espèce de désordre permanent : c’est comme naviguer à vue dans une eau boueuse remplie de détritus. C’est désagréable, on ne sait pas où aller. On pousse les déchets de temps en temps pour y voir plus clair et on ne va pas l’essentiel. Pas besoin de se former en techniques hyper tendances de management et d’organisation. Il suffit d’avoir un bon vieux carnet où l’on note les tâches quotidiennes et hebdomadaires à faire. Une autre feuille où on a écrit les objectifs personnels et professionnels que l’on s’est s pour l’année et les 3 prochains mois : c’est le cap qui nous aide à nous diriger. Une autre feuille qui détaille le ou les projets du moment. Et c’est suffisant. On commence par faire les tâches les plus importantes de la journée ou de la semaine puis on fait les petites tâches. En résumé, on mise sur le travail efficace et un minimum organisé.

Pour terminer, je vais te donner quelques conseils pour s’entraîner à agir. J’ai remarqué, et cela a été mon cas, que les personnes vivant une spiritualité ou qui sont dans le développement personnel ont tendance à moins agir et être davantage connectés à l’univers avec la méditation ou les autres pratiques liées à l’énergie. Or nous vivons dans un monde physique où il faut agir pour obtenir ce que l’on veut. Je conseille donc de développer aussi son côté Yang, le côté masculin lié à l’action. Il est complémentaire du côté féminin, le Yin, lié à l’intuition et au ressenti. Inspire-toi des hommes pour voir comment ils se mettent en action et comment ils réfléchissent. Tu peux le faire par exemple de cette façon : faire des sports plutôt masculins (foot, rugby, art martiaux, surf, rame, sports mécaniques), faire des activités extrêmes ou qui font peur, participer à des compétitions, faire des activités manuelles (bricoler, planter, réparer, construire), relever des défis qu’on se lance ou entre amis, côtoyer des entrepreneurs hommes qui réussissent, etc. En prenant s’exerçant à agir, les barrières qu’on se met tombent petit à petit et il est de plus en plus facile de se mettre en action.

Si tu as aimé cet article, clique sur j’aime et partage-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *