Faire la paix avec son passé grâce au pardon

Le passé est parfois lourd à porter. On peut vivre des querelles avec sa famille, des blessures dans l’enfance, des déceptions amoureuses ou encore des situations traumatisantes. Avec le temps qui passe, ces évènements semblent moins nous impacter. Or, il y a toujours des rancœurs ou des serrements au cœur qui peuvent rester au fond de nous et nous faire du mal.

Voici un article que j’ai écris pour le magazine Fenua Orama du mois de juillet.

Aujourd’hui, nous allons explorer le pardon d’un point de vue spirituel et de développement personnel. Le pardon, selon certaines religions, peut sous-entendre qu’une faute a été commise : je te pardonne pour ce que tu as fait. Par conséquent, ce pardon-là peut être difficile à effectuer. On pardonne par oral, mais au fond de nous, on éprouve toujours de l’injustice par rapport à la situation ou même de la colère envers la personne concernée. Le pardon dont nous parlons ici, c’est le pardon pour soi et au fond de soi, qui va nous permettre de nettoyer profondément les blessures en nous.

Le pardon pour soi d’abord

Pardonner à quelqu’un, c’est le faire pour soi d’abord. Ce n’est pas un acte égoïste. C’est une action qui va libérer tout le ressentiment ou la douleur que vous pouvez avoir envers une personne – qui vous a blessé ou trahi par exemple. Ainsi, vous pourrez avancer davantage en paix dans votre vie. Je vous donne un exemple personnel : il y a une quinzaine d’années, mon copain de l’époque m’avait trompé avec une copine à moi et le niait fermement – malgré que tout le monde le savait. Sur le moment, je me suis sentie trahie, humiliée et blessée. Deux ans plus tard, j’ai été amenée à travailler dans le même chantier et dans le même bureau open-space que lui. J’ai donc décidé de lui pardonner au fond de moi parce que, d’une part, j’avais besoin de me sentir bien en le croisant, et d’autre part, je souhaitais avoir des relations harmonieuses au niveau du travail. On a donc réussi à avoir une relation amicale. Le pardon pour soi, ça sert donc à libérer toutes les émotions négatives qu’on peut éprouver à l’égard d’une personne.

Arrêter de se faire du mal à soi-même

Tous les sentiments ruminés envers une personne ne fait du mal que à nous-même. C’est comme une sorte de gangrène que vous nourrissez à l’intérieur de vous : « je ne lui pardonnerais jamais avec tout ce qu’il/elle m’a fait subir« . La personne concernée n’en subit pas les conséquences, peut-être même qu’elle vit sa vie sans penser à la situation qui vous a confronté tous les deux. Alors, à la place de nourrir cette souffrance en vous durant des années et de continuer à vous faire du mal, décidez de sortir du rôle de victime. Dans la relation bourreau-victime, si vous quittez votre rôle de victime, il n’y aura plus la place pour le bourreau. Vous pouvez ainsi vous positionner en Être créateur : celui qui ne subit pas les autres, est pleinement maître de son existence et crée sa vie comme il le souhaite. Vous pourrez utiliser et transformer l’énergie – qui servait à ruminer – pour prendre soin de vous et avancer sur vos projets personnels.

Le pardon envers la mémoire collective

Le pardon peut être également appliqué pour la mémoire collective ou les vies antérieures. Concernant la mémoire collective, certaines générations gardent du ressentiment envers des pays ou des peuples qui les ont colonisés, opprimés ou abusés. Les traumatismes peuvent être extrêmement douloureux et laissent des traces dans les consciences. Conserver cette haine, de façon conscience ou inconsciente, envers ces peuples même après une centaine d’années n’amènent bien entendu pas la paix dans le cœur. Faire la paix en soi par rapport à ces mémoires est primordiale pour avancer et faire avancer le monde. Il ne s’agit évidemment pas de se faire à nouveau marcher sur les pieds ou de subir, mais d’en tirer des leçons pour avancer sereinement et dans la construction. Pour ceux qui croient aux vies antérieures, vous pouvez voir rejouer dans la vie actuelle des situations qui se sont également passée dans des vies précédentes (abandon, vœux de chasteté, pauvreté, etc.). Un exercice de pardon peut donc être effectué même avec des mémoires collectives ou des vies antérieures.

Se pardonner à soi-même

Le pardon envers soi est un acte profond d’amour pour soi. Il permet vraiment de se libérer des remords, de la culpabilité et même des blessures anciennes. Cela peut paraître étrange au premier abord de se pardonner à soi. Mais réfléchissons à la façon dont nous nous malmenons parfois : les jugements ou critiques émises à votre égard, les petites insultes qui nous rabaissent, la culpabilité d’avoir fait ou pas fait quelque chose. Parfois, nous sommes championnes pour nous en rajouter une couche et nous auto-flageller : « je suis bête », « pourquoi suis-je encore allée dans une relation pourrie », « j’ai raté mon concours, je suis nulle », « si j’avais investi au lieu de gaspiller cet argent ». Le pardon envers soi amène donc à nettoyer la culpabilité, le non-amour envers soi et le jugement sévère. Il permet d’être davantage en paix avec son passé. Il faut savoir se dire que le passé est bel et bien passé et qu’on n’y peut rien changer. Tout se joue maintenant dans le présent.

Un exercice de pardon envers soi  

Prenez une feuille ou votre journal de bord et mettez-vous au calme. Vous pouvez aussi prendre de grandes inspirations et expirations pour vous recentrer dans le moment présent. En haut de la feuille, écrivez « Je me pardonne… » puis listez toutes les choses dont vous souhaitez vous pardonner : ce que vous vous êtes fait à vous-même mais également ce que vous avez fait aux autres. Écrivez tout ce qui vous passe par la tête, sans limite et sans contrainte. Personne ne lira votre feuille, vous pouvez donc écrire sereinement et avec le cœur.
Voici des exemples : Je me pardonne d’avoir raté mon concours, d’avoir mal parlé à Teva, d’avoir oublié l’anniversaire de ma mère, d’avoir souffert dans la relation avec Fred, d’avoir gaspillé mon argent, de ne pas avoir pris soin de mon corps, d’avoir grossi ces dernières années, etc. Puis terminer par une phrase d’amour envers vous-même – à mettre à votre sauce : Je décide maintenant de prendre soin de moi, d’être créatrice de ma vie et de m’aimer telle que je suis. Merci. Vous pouvez brûler cette lettre comme symbole de libération et de purification des anciennes blessures.
Recommencer cet exercice dès que vous sentez à nouveau de la culpabilité ou des remords.

Comment pardonner aux autres de façon concrète

Si vous souhaitez pardonner envers quelqu’un, vous pouvez lui écrire une lettre. Écrivez tout ce qui vous passe par la tête : ce que vous avez ressenti à ce moment ou cette période-là, ce dont vous aviez besoin, les émotions négatives, vos regrets et remords. Puis, terminez par une phrase positive : Je te pardonne et je me pardonne d’avoir vécu cette situation avec toi. Je te laisse maintenant partir en paix. Je te libère. Vous pouvez également brûler cette lettre en guise de libération.

Puis, imaginer un lien qui vous relie tous les deux avec la personne. Regarder s’il s’agit d’une corde, un fil, une branche ou autre. Visualisez que vous coupez cette corde avec une paire de ciseau ou même une scie. En même temps, dîtes verbalement ou dans votre tête : je coupe maintenant le lien entre toi et moi, je me libère de la relation toxique et je conserve les liens basés sur l’amour pur. Vous pouvez mettre la phrase à votre sauce, tant que cela résonne pour vous c’est le plus important. Enfin ressentez la libération énergétique une fois le lien coupé. Recommencez cet exercice pendant 7 jours ou à chaque fois que vous en avez besoin.

 


Inscris-toi au Défi 5 jours Gratuit pour Éclaircir sa Vie. Découvre en 5 étapes comment faire le point sur ta vie, y voir plus clair et redéfinir tes envies, pour enfin retrouver la motivation !  


 

Laisser un commentaire