S’aimer soi-même pour mieux aimer les autres

En tant que femme, on attend souvent le prince charmant qui va nous rendre heureuse. On attend la relation qui va changer notre vie. On attend la personne qui va guérir notre cœur. Même si une grande majorité des femmes travaillent sur elles et savent qu’elles n’ont plus besoin de se comporter en Cendrillon, il demeure des croyances inconscientes que nous devons trouver la personne qui va nous enfin compléter. Or, cela peut mener à une quête sans fin où la déception est souvent au rendez-vous. Nous allons renverser cette idée et voir comment s’aimer soi-même pour mieux aimer les autres.

Le mythe de la flamme jumelle

Le mythe de l’âme sœur ou de la flamme jumelle perdure et dure dans certains enseignements de développement personnel. Selon ma vision, cela peut être destructeur. La femme peut se retrouver piégée dans une relation toxique, pensant que l’homme avec qui elle est en relation est sa flamme jumelle. Bien souvent, la femme, ayant reçu une consultation de voyance lui disant que c’est l’homme de sa vie, s’accroche et ne voit plus qu’elle s’est engouffrée dans une situation néfaste pour elle. Or, le piège est de se sentir attachée ou dépendante à cet homme, croyant que c’est de l’amour. De nombreuses femmes aveuglées par ce mythe attirent de cette façon des hommes manipulateurs. Cela peut venir de la relation avec le père – père autoritaire par exemple – ou de l’image que l’on a eu du couple de ses parents – la mère ne pouvait pas se débrouiller seule et était dépendante financièrement et affectivement par exemple. Pour se sortir de ces relations malsaines, il est important de prendre du recul et changer la vision de soi et du couple.

Se sentir complète

Dans la lignée du mythe de l’âme sœur, nous pouvons voir que la femme se sent souvent incomplète. Elle a besoin de l’homme pour retrouver sa moitié comme si quelque chose lui manquait. Une relation basée sur le manque est une relation déséquilibrée. Bien entendu, un (e ) partenaire apporte un complément et nourrit l’autre sous différents aspects, mais il ne doit pas être la perfusion sans laquelle l’autre se sentira perdu. Et si l’âme sœur était tout simplement nous-même ? Nous sommes notre propre âme-sœur à laquelle nous devons nous reconnecter pour nous sentir complète. Notre âme-sœur serait alors notre âme, notre dieu intérieur, notre conscience supérieure. Vous vous êtes probablement déjà sentie, seule, avec votre partenaire ou avec des amis ou famille, dans un état de communion. Cela a pu être une communion avec la nature devant un paysage magnifique, un état de connexion intense avec vous-même en ressentant de la joie intérieure, une connexion avec une autre âme en vibrant ensemble. C’est ce que l’on pourrait appeler la complétude : ne plus se sentir séparés des autres, se sentir lié au tout – à l’énergie de l’univers, se sentir complète juste en se connectant et en vibrant sur la même fréquence.

Combler ses besoins

Il n’est pas toujours évident de sentir cette complétude car nous ne vibrons pas sur de hautes fréquences tout au long de la journée. D’un point de vue plus pratique, pour se sentir complète, il est nécessaire de se donner à soi ce dont on a besoin. On ne peut pas attendre dans un couple ou dans une relation, quelle qu’elle soit, que l’autre comble tous nos besoins. L’autre n’est pas là pour cela. Si notre jar est vide et si nous attendons toujours de l’autre, notre jar sera un puit sans fond et l’autre s’épuisera à essayer de nous remplir. Combler ses besoins est primordial. En étant adulte, nous sommes sevrées et nous n’avons plus besoin que nos parents nous nourrissent. Même si nous avons des manques dû à des traumas du passé, nous nous devons de prendre soin de notre enfant intérieur. C’est notre petite fille intérieure que nous devons consoler, cajoler ou accorder du temps et de l’écoute. Sans cela, elle sera toujours en détresse ou fera réagir intensément l’adulte que vous êtes.

Se donner à soi

Vous pouvez faire une liste de ce que vous attendez des autres en ce moment : votre père, votre mère, votre partenaire, vos collègues de travail, vos amis, des membres de votre famille. Par exemple, vous attendez plus de reconnaissance, des gestes d’affection, de l’attention, un salaire plus élevé, du respect. Ensuite, regardez si vous vous donnez tous ces éléments à vous-même. En général, ce n’est pas le cas. Puis, regardez comment vous pourriez vous donner tout cela à vous-même : par exemple, vous allez reconnaître et apprécier votre propre valeur sans attendre l’approbation des autres – en vous complimentant à haute voix, vous faire un hug ou des auto-massages, faire attention à votre état émotionnel et accueillir vos émotions au lieu de les garder en vous, vous créer une 2e source de revenu ou demander une augmentation, vous respecter en ne gardant que les relations positives et nourrissantes ou en vous permettant de ne pas faire ce dont vous n’avez pas envie. Ainsi, en vous donnant à vous-même, vous allez ressentir plus d’équilibre en vous.

Nettoyer les expériences du passé

L’amour de soi a pu être détruit par un traumatisme de l’enfance ou une expérience douloureuse. Il peut être dû à un manque affectif que l’on n’a pas reçu étant enfant ou des attentes non comblées. Souvent, des relations plus ou moins conflictuelles ou tendues perdurent avec les parents même en étant adulte. Ces conflits non-résolus ont des conséquences dans la relation de couple. Il s’agit là d’aller nettoyer ces expériences pour mettre plus de paix et d’apaisement dans les relations parents-enfants. D’abord, observer ou mettre en lumière ces conflits ou tensions, et arrêter de les nier. Puis, comprendre et se mettre à la place de l’autre, sans jugement. Enfin, faire un petit rituel de détachement et de nettoyage. Pour cela, je conseille les protocoles de Natascha Calestrémé, Livre La clé de votre énergie, ou écrire une lettre en vidant ce qu’on a sur le cœur ou en listant ce qu’on veut voir changer et la brûler, ou couper les liens toxiques en enterrant symboliquement un objet naturel dans la terre. Vous pouvez vous faire aider par un (e) thérapeute et je vous le recommande vivement : j’aime travailler grâce à des thérapies de nettoyage des lignées familiales ou des vies antérieures ou des soins énergétiques. Laissez-vous guider avec votre intuition vers la meilleure thérapeute pour vous.

Se connecter à la joie et au plaisir

S’aimer, c’est aussi arrêter de se mener la vie dure. On peut penser qu’on n’a pas le choix et qu’on est obligé de souffrir et passer par des expériences difficiles pour grandir. Cela est vrai en partie. Nous avons toujours notre libre arbitre et nous choisissons tout ce qui nous arrive. Et si nous ne voulons plus de quelque chose de déplaisant ou douloureux, il suffit de le changer. Facile à dire me direz-vous. Vous pouvez d’abord vous connecter à la joie dans votre vie : rire, jouer, s’amuser, danser, créer, dessiner, écouter de la musique, faire une activité qui vous plait. Puis, reconnectez-vous à l’énergie du plaisir et de la sensualité. Cette énergie est l’énergie sexuelle féminine. Il ne s’agit pas forcément de passer par l’expérience sexuelle mais de sentir cette énergie qui circule dans votre ventre, ce chaudron en douce ébullition constante. Pour cela, faites du Qi Qong, massez-vous, touchez votre peau, ouvrez vos sens, contactez votre beauté et votre sensualité, faites l’amour dans le respect et la sensualité. Enfin, connectez-vous à vos désirs profonds et vos rêves. Et réalisez-les, ceux qui viennent du fond de vos entrailles et de votre cœur. Ce sont eux qui vont amener plus de joie et d’amour dans votre vie car ils vous élèveront et vous ressentirez un accomplissement profond de vous-même.

Partager :

Facebook
Pinterest
Telegram
Email

Laisser un commentaire