J’ai décidé d’arrêter de regarder la télévision

Jai décidé d'arreter de regarder la teleCet article aurait pu avoir pour titre racoleur “Elle a décidé d’arrêter de regarder la télé et regardez ce qui lui est arrivé”. Puis, j’aurais montré des photos de moi avant/après, le grain de peau affiné, le bronzage éclatant, des cheveux brillants et des formes de rêve. Mais, ce n’est pas cela qui s’est produit, c’est bien mieux encore.

En ces moments rythmés par les tristes évènements se produisant en France et dans le monde, j’ai remercié de ne pas avoir la télé chez moi. Thanks God ! Je suis maintenant à J + 10 mois sans télé et je me porte toujours aussi bien. Avec ce raz-de-marée de tristesse, de haine et de peur, je suis heureuse de ne pas avoir affaire avec toutes ces images et ces paroles violentes. Certains peuvent penser que je fais l’autruche et que je refuse de voir la vérité en face. Je n’ai pas changé ma photo de profil en bleu, blanc, rouge, et cela délibérément. Alors, OUI, je n’ai pas envie de baigner dans ce bain d’émotions négatives. OUI, je n’ai pas envie de voir ces images. OUI, je préfère ne pas parler de ce qu’il s’est passé  et ne pas être révolté par cela. Bien sûr que ces évènements sont tristes (et surtout pour ceux dont les proches sont partis). Bien sûr que c’est choquant. Bien sûr que c’est terrible d’aboutir à cette situation.

Mais je préfère continuer à vivre au royaume des bisounours, à quelques centimètres au-dessus du sol et continuer à vivre gaiement. On peut me reprocher que ma démarche est égoïste, que je vis hors du monde réel ou que je me cache la vérité. Oui, c’est bien ça, un peu de tout cela est vrai. Je préfère me préserver, continuer à cultiver les vibrations positives en moi et avancer dans la vie. Pourquoi ? Parce que, tout simplement, je ne peux actuellement pas agir sur cette situation dramatique. Ce que je peux faire, c’est de voter (ou refuser de voter), ne pas adhérer à la pensée unique et surtout ne pas me faire manipuler par les médias. Oui, ça je peux le faire. Et comme ça, je peux aussi y voir plus clair sans me faire absorber par les médias. Qui penses agir en étant assis devant son petit écran ? Qui penses faire évoluer les choses en regardant défiler des images d’horreur ?

Alors ce que j’ai décidé, c’est d’envoyer encore de pensées d’amour autour de moi. J’ai décidé de sourire davantage, de faire des cadeaux, donner des fleurs, partager avec les personnes autour de moi et cultiver la paix. J’ai décidé qu’il était encore plus important de partager de l’amour entre nous les êtres vivants, faire des actions positives pour les gens et pour la planète. Nous sommes le résultat de ce monde, disait Gandhi. Nous devons d’abord cultiver la paix dans la proximité et mais envers les personnes inconnues ou étrangères, avant de s’indigner contre les actions terroristes. Cela me fait toujours “rire” lorsque je vois de belles commémorations ou hommages aux disparus, et que ces mêmes personnes ne sont pas capables de régler des petites tensions avec des proches ou distribuent des critiques à tout-va. Regardons d’abord quelles sont nos actions et comment nous nourrissons nos pensées. Est-ce avec de la haine et de l’amour ?

Arrêter de regarder la télé, c’est ne plus nourrir son inconscient avec des informations et images négatives. Si tu scannes le journal télévisé, tu remarqueras que les nouvelles joyeuses ou positives sont rares. Certains s’endorment même devant le petit écran. Ton inconscient est comme une éponge, il absorbe toutes les informations environnantes reçues par les 5 sens, mais aussi par l’intuition. Lorsque la télévision ou la radio sont allumées, ton inconscient continue à emmagasiner ces informations. Le résultat est que ton cerveau se programme de façon négative avec des émotions sous-jacentes (peur, haine, tristesse, ressentiment, angoisse,…), mais aussi des idées (crise, maladie, peur de l’étranger, interdiction, non-liberté, peur du changement, etc.…).  C’est donc pour cette raison que j’ai choisi de me nourrir le mieux possible avec des informations et des idées positives. Je choisis les émissions ou films sur internet qui vont m’apporter un bénéfice pour m’instruire ou me divertir.

A J + 10 mois sans télé, je peux constater que je suis davantage motivée, j’ai plus confiance en moi, j’ai la force de mener mon entreprise “malgré la crise”, j’apprends avec de nombreux experts sur internet, je lis davantage de livres inspirants, je dors mieux, je fais l’effort de voir plus d’amis (plutôt que de rester sur le canapé), je crois davantage en moi et en mes objectifs, j’augmente ma créativité. Les désavantages majeurs me concernant sont les suivants : je rate des reportages locaux ou internationales intéressantes, je ne peux pas regarder les émissions en direct de certains évènements sportifs, je ne peux pas visionner les retransmissions du Heiva (grande fête de la culture polynésienne : danse, chants, sports traditionnels, artisanat). Voilà ce qu’il me manque le plus. Pour le reste, je m’en suis largement passée et aujourd’hui, je remercie de ne pas avoir la télé. Namaste.

>> Si tu as aimé cet article, clique sur j’aime et partage-le. Merci.

Recherches utilisées pour trouver cet article :arreter la télé, comment arreter la tele, arreter de regarder la tv, arreter la television, comment arreter de regarder la tv, pourquoi ne plus regarder la télévision

5 réflexions au sujet de « J’ai décidé d’arrêter de regarder la télévision »

  1. Ça fait 4 ans que je ne regarde plus la télé, mais je ne fais pas l’autruche pour autant. Dans tous les cas nous sommes au courant de ce qui se passe. Avoir la télé ou un PC de nos jours est un peu la même chose.
    Je ne suis simplement pas le courant, je ne crois pas tout ce qui est dit dans les médias.
    Je pense qu’on peut regarder ce qui se passe, nous allons forcément réagir puisque nous vivons notre réalité via la Pensée, et nous vivrons ce qui est dans nos pensées à tout moment. Je pense que le fait de savoir comment nous fonctionnons vraiment nous aide à voir les choses pour ce qu’elles sont sans avoir à faire de crises de panique. J’ai beaucoup lu sur ce qui s’est passé sur Paris, je suis très choquée et triste. Mais je ne souhaite pas me laisser envahir par la peur.

  2. Complètement d’accord! J’ai donné ma télé il y a 3 ans, à la naissance de ma fille. J’ai pensé que le temps que je perdais devant cet objet, il valait mieux que je le passe à profiter d’elle. Quand les gens me demande si je n’ai pas besoin des news, je leur dis que je n’ai pas besoin de savoir que le monde va mal pour savoir que je vais bien. En général ils ne répliquent pas 😉
    C’est sûr qu’avec tout se qu’il se passe en ce moment je suis d’autant plus contente de ne plus avoir la télé, à quoi bon ressasser le négatif?

  3. Pareil pour moi : 3,5 ans que je me suis débarrassé de ma télé et je m’en félicite tous les jours. Ton article est intéressant, et je voudrais apporter un complément qui me semble essentiel (tu l’as évoqué), c’est la dimension « manipulation de masse » que permet la télé. C’est effrayant et indiscutable… Par exemple la courbe des résultats des différents candidats aux dernières présidentielles est parfaitement superposée à la durée de leurs passages télé ; autrement dit, les gens ont voté pour qui on leur a dit ! Ce n’est qu’un exemple…mais regardez la campagne de Donald Trump. Pourquoi les grands titres de la presse sont tous la propriété de multinationales ? Pourquoi les banques rachètent toute la presse régionale en France ? Je ne veux pas lancer la polémique, juste aller dans ton sens : la télé distille très majoritairement du poison émotionnel, des énergies négatives et intéressées, ou du divertissement imbécile rase-bitume. Alors que sur le net, et même s’il faut beaucoup relativiser ce qu’on lit en fonction de la source, on trouve en général une info complète et moins partisane si on s’en donne la peine.
    En fait, de la télé il ne me manquait que les matchs de rugby (je suis passionné !). Et beaucoup sont maintenant en replay ou en streaming gratuits. Et puis je lis beaucoup plus. Bref, absolument aucun regret ! Merci Amandine.

  4. Alors juste pour réagir à ce quelques phrases dans cer article :

    NON, tu ne fais pas l’autruche.
    NON, tu ne coupes pas du monde réel.
    NON, tu ne vis pas dans le monde des bisounours.

    C’est même tout l’inverse.
    En choisissant de te couper de la télévision, tu as au contraire choisi de te reconnecter au monde réel.

    Comme dit dans un précédent commentaire, tu sera de toutes façons au courant de tout, mais sans forcément devoir supporter le pessimisme et le sensationnalisme ambiant du JT. Tu t’épargne également les détails glauque et inutile sur lesquels les journalistes ont trop tendance à se concentrer.
    Oui, c’est peut être égoïste, mais qui a dit que l’égoïsme était mal en toutes circonstances ? En quoi apprendre qu’untel s’est fait tuer par un autre ou que telle autre s’est faite violer nous avancera ? On est pas fait pour supporter toute la misère du monde et c’est en ça que la sur-information est un poison.
    Ca fait bien déjà quelques temps que ça me travaille, et ça s’est intensifié depuis les récents événements. Je me posais la question : « à quoi ça me sert de savoir ça ? A part à me foutre le cafard. Qui a dit que je devais supporter toute sa souffrance du monde ? »
    Le dernier événement à Nice m’a achevé, ainsi j’ai décidé de bannir définitivement ce média de ma vie, en poussant une gueulante au passagz sur les réseaux sociaux à se sujet. Je m’en porte beaucoup mieux depuis. Et ça ne fait que quelques semaines.
    Si tu veux mon avis, les médias sensationnaliste comme le JT de TF1 sont tout autant des terroristes que ceux qu’ils mettent en vedette à chaque événement.
    On nous fera sûrement le reproche d’être déconnecté de la réalité. Mais honnêtement, un média qui se concentre quasi exclusivement sur les tragédies (en les amplifiant au passage pour faire de l’audimat), non, il ne montre pas la réalité.
    Car pour chaque mauvaise chose, c’est oublier toutes les bonnes choses qui se passent à côté; pour chaque attentat qui aura fait 100 victimes ou plus, c’est oublier les millions d’autres personnes en vie et en bonne santé.
    Ces événements sont tristes effectivement, et il ne faut pas faire comme s’ils n’existaient pas, mais cette focalisation morbide sur le malheur me débecte.

    D’ailleurs, je conseille vivement la vidéo de Horizon Gull (hacking social) à ce sujet sur YouTube : « La france a peur : le syndrome du grand méchant monde » qui synthétise bien le problème.

    A tout ceux qui auront décidés à leur tour de faire taire TF1 et BFM TV, bienvenue dans le monde réel.

    1. Merci Ced pour ton partage.
      La chance que l’on a en Polynésie, c’est d’être peu atteint par ce pessimisme ambiant, donc c’est sûr, c’est plus facile. On apprécie d’autant plus la vie que l’on ne subit pas ou moins le terrorisme des médias.
      Merci pour le lien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *