Guérir de ses blessures passées en rencontrant son enfant intérieur

guérir son enfant intérieur

Si vous faites un travail sur vous-même depuis quelques mois ou quelques années, vous avez sûrement déjà connu cette expérience. Vous utilisez diverses méthodes de développement personnel ou spirituelles pour positiver au quotidien. Dans l’ensemble, vous gérez plutôt bien votre vie. Soudain, survient un évènement en apparence anodin et tout s’écroule autour de vous. D’abord, vous adoptez un comportement exagéré et enfantin où vous ne vous reconnaissez pas. Puis vous ressentez une profonde souffrance. Cela ne fait aucun doute, c’est l’enfant intérieur en vous qui a réagi. Il est temps de s’en occuper et de le comprendre.

Ce que nous faisons habituellement pour gérer nos blessures

Nous, adultes, influencés par notre éducation, nous nous devons d’être fort, de ne pas laisser échapper nos émotions et de contrôler notre vie. C’est comme cela que nous avons pu faire un grand travail d’enfouissement de nos expériences passées douloureuses. Tu es jeune, tu vas t’en remettre, Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort, Il y a plein d’autres hommes sur terre. Toutes ces petites phrases énoncées par notre aimable entourage sont censées nous rendre plus courageuse. En réalité, elles nous aident à renforcer la carapace que nous avons construite autour de nous. Ainsi les blessures non-guéries du passé restent bien cachées. De même, certaines méthodes de développement personnel nous proposent de rester positif et vivre l’instant présent. Certaines personnes pensent que cela ne fonctionne pas, en effet en cas de blessures émotionnelles profondes, il est difficile de nier ses propres douleurs et faire semblant que tout va bien.

Qu’est-ce que l’enfant intérieur ?

L’enfant intérieur, c’est cette partie créative, innocente, spontanée, qui peut ressortir de nous sous une facette plus sombre telle que blessée, colérique ou souffrante. L’enfant cohabite en nous avec l’adulte et tour à tour, chacun d’eux s’exprime.

L’enfant intérieur peut être prisonnier de ce qu’on appelle le fantôme : c’est le cas de la personne qui n’a pas vécu pleinement son enfance et a dû endosser un rôle d’adulte dû à des situations telles que le divorce, la maladie, la séparation, la maltraitance, la surprotection etc. On dit que la personne a vécu une enfance blanche ou avortée. C’est la raison pour laquelle le fantôme va garder prisonnier ce petit enfant blessé et persécuter l’adulte en le faisant ressurgir régulièrement. Cela donne donc l’impression de comportements immatures, inconstants et même bipolaires chez l’adulte. [1]

guérir son enfant intérieur 2

Faire son auto-analyse

Guérir son enfant intérieur signifie le rechercher, le reconnaître, l’écouter pour pacifier ses liens avec lui [1]

Maintenant, comprenez bien qu’il est inutile de refouler les blessures liées au passé. Les blessures peuvent être évidentes, nous avons bien conscience que nous avons vécu des traumatismes dans notre enfance. Mais elles peuvent être plus sournoises : c’est bizarre, pourtant j’ai vécu une enfant heureuse, pourquoi suis-je régulièrement en dépression ? Si vous voulez faire une auto-analyse, je vous invite à noter sur une feuille une liste de ce qui vous blesse actuellement, dans quelles circonstances cela se passe et quelles émotions vous ressentez. Par exemple : Quand on me parle sèchement ou si on est dur avec moi, je me sens rejetée, ça m’amène une profonde tristesse ; quand je suis très fatiguée, je me sens en perdition et ma vie n’a plus aucun sens. Quel que soit l’intensité de la blessure ou de ce qui est vécu à ce moment-là, listez tout. Tout a son importance. Puis, en face de chacun des points énoncés, écrivez à quoi cela vous fait penser dans votre enfance. Exemple : Mon père avait l’habitude de me crier dessus ; j’étais souvent très malade en étant enfant.

Guérir son enfant intérieur 3

D’où viennent mes blessures ?

Les blessures peuvent être vécues directement avec le père ou la mère. Mais, elles peuvent aussi provenir de l’enfance de la mère ou du père. Ainsi, l’enfant que nous sommes joue un rôle de thérapeute avec notre propre mère ou père (l’enfant doit s’occuper de son parent qui souffre ou lui combler son manque). Puis en étant adulte, la personne évitera la situation susceptible d’attiser la crainte infantile (peur d’être abandonné, de déplaire…) avec une grande culpabilité et n’osera plus être lui. Cette carence affective fait aboutir à l’effet inverse : le rejet. De nombreuses blessures peuvent donc être transmises inconsciemment à travers les générations [1]. Si vous souhaitez comprendre ce que vous avez héritez de vos parents et ne vous appartient pas, vous pouvez faire un soin sur les lignées familiales ou une séance sur les constellations familiales. Cela permet de se délester de mémoires.

Les blessures ressortent dans nos relations

Dans notre vie, notre enfant intérieur blessé rencontre souvent l’enfant intérieur de l’autre personne : couple, amis, parent, collègue. Ce sont les peurs infantiles qui gouvernent nos comportements. Parfois, nous allons jouer un rôle de père/mère avec l’autre, parfois nous joueront le rôle de petite fille/petit garçon. Par exemple, dans un couple, nous nous efforçons de combler le manque affectif de l’autre, pour qu’en retour l’autre soigne nos blessures anciennes. D’où la sensation d’être parfois attiré par une personne, de façon amicale ou amoureuse, et ne pas comprendre pourquoi. Ce genre de situation n’est donc pas basé sur l’amour véritable mais sur une inter-dépendance des enfants intérieurs. [1]

Comment rencontrer son enfant intérieur ?

Il est maintenant temps d’accueillir et reconnaître ces blessures et de se libérer du fantôme de notre enfant intérieur. Il s’agit en fait de faire le deuil de l’enfance que l’on n’a pas vécu et retrouver l’enfant qu’on n’a pas pu être pleinement. Pour l’enfant intérieur, on va devenir soi-même un bon parent et le prendre par la main. Posez l’intention de vous occuper de cet enfant en vous. Accueillez les émotions qui vous traversent et consolez-vous ou cajolez-vous lorsque vous en avez besoin. Rassurez-vous. Offrez-vous cet amour dont vous avez besoin. Dans les moments de grande souffrance, laissez sortir vos émotions comme elles sont : pleurez, criez (dans la nature), exprimez-vous. Permettez spontanément à cet enfant intérieur de s’épanouir aussi, laissez-le dessiner, jouer, rire, danser, s’amuser, découvrir : cela vous amènera de la joie.

Le travail de guérison de son enfant intérieur est un travail long et patient. Prenez le temps d’effectuer un petit pas chaque jour et petit à petit la lumière sera faite sur ces blessures intérieures. Le principal n’est pas de refouler mais d’accepter et accueillir ce qu’il se passe en vous.

Je t’invite à lire le livre de Moussa Nabati « Guérir son enfant intérieur ». Dans ce livre de 400 pages, le thérapeute énonce en détail de nombreux cas de personnes qu’il a soigné. Ces exemples expliqués peuvent vous aider à en savoir davantage sur vous-même et sur les raisons de vos blessures. Prenez le temps de lire ce livre accompagné d’un carnet et d’un crayon et notez tout ce qui est parlant pour vous et ce qui semble correspondre avec votre vie. Revisitez votre passé et celui de vos parents et grand-parents. Au fur et à mesure de la lecture, la compréhension va s’affiner. Attention, ce livre n’est pas évident à lire de prime abord, mais en se plongeant dedans, c’est une véritable source pour éclairer sa vie. L’auteur a une vision ouverte et étendue sur le sujet.

Ressources : [1] « Guérir son enfant intérieur » de Moussa Nabati

Photos : ATDSPHOTO, smengelsrud

Recherches utilisées pour trouver cet article :consoler la petite fille en soi

5 réflexions sur « Guérir de ses blessures passées en rencontrant son enfant intérieur »

  1. J’ai beaucoup apprécié l’article sur l’enfant intérieur. Et j’acquiesce quand il est dit que toutes les méthodes de développement personnel ne fonctionnent pas forcément!
    Et du coup je suis déçue par les quelques conseils en fin d’articles , pour guérir son enfant intérieur car il s’agit encore ni plus ni moins de  » positiver » , d’acceptation etc…encore de la PNL quoi!

    1. Merci Sonia pour tes appréciations. Dans mes articles, je donne toujours des conseils ou pousse à la réflexion. Je ne parle jamais d’un sujet en laissant mes lecteurs ne pas savoir quoi faire à la fin. Les conseils proposés dans cet article ont été testés et fonctionnent. A un moment donné, on est obligé d’agir et travailler sur son intérieur pour obtenir des résultats de changement. On peut aussi se faire aider d’un thérapeute ou d’un coach. A chacun à trouver la méthode qui lui convient

  2. bonjour cela m’intéresse aussi car je ressens trop d’émotivité, de colère et de violence en moi l’ayant subi des autres proches depuis toujours et malgré tous les soins, thérapies que je fais, psychiatre compris, c’est de pire en pire avec l’âge, crise de la quarantaine, pré-ménopause s’ajoutant. Alors j’ai eu un diagnostic d’une thérapeute comme quoi elle me propose de guérir mon enfant intérieur en 5 séances, ma petite fille et tous les problèmes découlant déjà d’une mère très toxique. Je vois déjà un psychiatre pour un problème (lié mais un peu plus précis) de viol et d’agression (masculine) Est-ce que c’est mieux de poursuivre avec ce psychiatre pour traiter ces souffrances profondes? en effet les thérapies douces ne fonctionnent pas, je trouve même que ça empire ma sensibilité car ce n’est pas traité personnellement et dénoué en profondeur, rejoué émotionnellement, le fameux transfert aussi, catharcique. Voilà la prise de conscience mentale a des limites, il faut passer par le corps émotionnel, les marques mémoire cellulaires avec qui? comment? EMDR, quelle accompagnement, spécialiste me recommandez vous? (mp) combien de séances?

    1. Bonjour, merci pour ton partage. Je te dirais qu’il n’y a pas de solution miracle, ni de nombre de séances définies. Si tu te sens bien dans le travail sur toi réalisé avec le psychiatre, continue. Guérir un enfant intérieur en 5 séances, c’est un peu comme proposer une crème amincissante et promettre des résultats fabuleux. Or, l’intérieur se guérit en fonction de ce qui va ressortir et en fonction de ce qu’on est prêt à nettoyer.
      Mon conseil est de continuer avec ce qui te correspond le mieux et rester dans cette thérapie. Quand tu sens que tu as bouclé un cycle, passé à une étape supérieure, là tu peux tester autre chose.
      C’est normal d’avoir l’impression que cela « empire » dans une thérapie. Il y a tout qui ressort. Imagine que tu pousses le frigo ou un meuble ou soulève un tapis et que tu découvres plein de poussière et saletés accumulées depuis des années. Tu vas avoir du nettoyage à faire, même si ça ne t’enchante pas de découvrir ces saletés. Dans notre intérieur, c’est pareil. Cela peut être douloureux, le nettoyage peut prendre du temps. Mais quand on l’enclenche, on se sent de plus en plus léger.
      Je peux te conseiller la lecture du livre de l’article : Guérir son enfant intérieur. Il y a aussi le livre de Lise Bourbeau « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même », cela permet de se comprendre, mieux s’accepter et de se défaire de comportements.
      La dernière chose, laisse-toi guider par ton intuition, cette petite voix qui te dit quoi faire, vers où aller. Concentre-toi sur une chose à la fois.
      A bientôt

Laisser un commentaire